La Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures a publié un rapport concernant la révision de la directive ePrivacy de 2002, laquelle doit intervenir sous peu. 

Pour cette commission du parlement européen, « la protection de la confidentialité des communications est une condition essentielle pour le respect des autres droits et libertés fondamentaux », notamment « la liberté de pensée, de conscience et de religion, ainsi que la liberté d’expression et d’information ».

A ce titre, la sécurité des données doit être assurée. Pour la commission, le meilleur moyen est d’imposer le chiffrement de bout en bout, ce qui limiterait l’accès des services de renseignement aux données détenues par les grandes entreprises. Il s’agit de chiffrer les données sur le système de l’expéditeur avant de les transmettre au serveur d’une entreprise, laquelle va transmettre les données au destinataire prévu, seule personne pouvant déchiffrer les données.

Cette position va à l’encontre des récentes volontés exprimées par les gouvernements actuels, notamment ceux de la France et du Royaume-Uni.

 

Plus d’informations

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *